Les petites cases

RDFa

Au-delà des limites, que reste-t-il concrètement du Web sémantique ?

Ce billet fait partie d'une série de quatre billets qui visent à proposer un bilan de plus de 12 ans de travail avec les technologies du Web sémantique, « Les technos du Web sémantique ont-elles tenu leurs promesses ? » :

Si, à travers les différents cas d’implémentation des technologies du Web sémantique décrits dans le précédent billet, les promesses sont globalement tenues, force est de constater que les problèmes qui se posent en limitent aujourd’hui le déploiement à large échelle ou en dehors de marchés de niche clairement identifiés :

  • les systèmes de stockage des données en RDF (ou triple store) ont montré des limites du point de vue de l’intégrité des données (gestion des transactions), des performances (temps de réponse de certaines requêtes) ainsi que de la montée en charge (volumétrie). Ainsi, parmi les trois axes qui définissent traditionnellement le Big Data : vitesse, volume et variété (les « 3V »), les deux premières caractéristiques ne sont pas encore atteintes par ces technologies et si la décentralisation des données, au cœur même du modèle du Web de données, a pu constituer en partie une solution, c’est oublier la problématique de résilience du réseau et la nécessité d’agrégation des données pour les interroger.
  • la structure même du modèle RDF a fait apparaître des limites quant à la gestion de la provenance des différentes informations et la contextualisation du triplet : or, si ce point était présent dans la feuille de route du Web sémantique écrite par Tim Berners-Lee, il n’est toujours pas vraiment résolu. Des solutions sont apparues mais elles ne sont pas entièrement satisfaisantes. De ce point de vue, RDF 1.1 est un rendez-vous manqué, d’autant qu’à la même époque le modèle des “property graph” qui propose une réponse à cette limite a commencé à s’imposer… Ce modèle est aujourd’hui au coeur de toutes les technologies de bases de données graphes proposées par les gros acteurs du secteur : IBM, Microsoft, Amazon (basé a priori sur le produit Blazegraph dont la société semble avoir été rachetée par Amazon), Google, sans compter les nouveaux venus  : Huawei, Datastax, Neo4j ou OrientDB. Ainsi, le modèle de graphes se porte bien et, pour cause, il offre une souplesse inégalée dans la manipulation des données structurées et dans l’interrogation croisée de données hétérogènes. Mais, ils ont tous fait le choix d’implémenter le modèle des property graph et ils ont tous adopté le framework Apache Tinkerpop et le langage de requêtes Gremlin pour interagir avec le système de stockage, ce qui en fait un standard de fait.
  • le destin d’une technologie, indépendamment de son intérêt ou de sa qualité, tient aussi à son degré d’appropriation par les développeurs. Or, malgré sa relative ancienneté (le premier brouillon de RDF est publié en 1997 sur le site du W3C !!), il reste encore beaucoup de travail en la matière et, à la vue du nombre incessant de technologies qui apparaissent (et disparaissent), il est à craindre que les technologies du Web sémantique restent des technologies de niche maîtrisées par peu de développeurs.

Lire la suite...

Management de l'information RDF Web sémantique Système d'information Sparql Causeries Indexation Moteur de recherche RDFa Linked Data

Les technologies du Web sémantique, entre théorie et pratique

Ce billet fait partie d'une série de quatre billets qui visent à proposer un bilan de plus de 12 ans de travail avec les technologies du Web sémantique, « Les technos du Web sémantique ont-elles tenu leurs promesses ? » :

Les technologies du Web sémantique : Pourquoi ? Comment ?

Lorsque Tim Berners-Lee crée le Web, son objectif est de proposer aux chercheurs du CERN un espace d’interopérabilité pour échanger non seulement des documents mais aussi des données structurées. Ainsi, le document qui décrit sa proposition intègre dès le départ l’idée d’aller au-delà d’un espace documentaire pour relier des entités du monde réel.


Schéma représentant la proposition de Tim Berners-Lee pour gérer l’information du CERN, Tim Berners-Lee

Lire la suite...

Management de l'information RDF Web sémantique Système d'information Sparql Causeries Digital humanities Indexation Moteur de recherche RDFa Linked Data

Les technos du Web sémantique ont-elles tenu leurs promesses ?

J’ai commencé à m’intéresser aux technologies du Web sémantique en 2005 et j’ai fait ma première communication à ce sujet en 2006 lors de la conférence Digital Humanities à Paris. J’ai eu l’occasion de les tester grandeur nature dès 2007 pour un projet mené par le CCH du King’s college, mais c’est au cours du projet SPAR de la Bibliothèque nationale de France à partir de 2008 que j’ai véritablement commencé à toucher du doigt les formidables promesses de ces technologies ainsi que leurs limites, déjà… Entre 2008 et 2014, j’ai eu l’occasion de les déployer dans différents contextes pour répondre à des cas d’usage divers : exposition des données, récupération de données encodées au sein des pages Web, décloisonnement de silos internes et mise en cohérence de données, enrichissement de données et mashup… J’ai œuvré à leur diffusion, du moins j’ai essayé, à travers ce blog ou ailleurs, et effectué quantité de formations sur le sujet en direction de publics très variés. Pour résumer, j’y voyais alors le moyen de déployer un système  d’information orienté données et plus uniquement processus et d’une manière générale de renverser ce primat dans la manière d’aborder le développement d’une application informatique.

Comme je l’ai déjà expliqué, à l’issue de cette période, j’étais très dubitatif sur l’intérêt d’utiliser ces technologies. Dans la mesure où j’étais conscient de leurs apports mais aussi de leurs limites, elles étaient toujours présentes mais sans être jamais au cœur de ma réflexion à l’Ina, du moins directement. L’expérience accumulée et les bénéfices de ces technologies nourrissaient néanmoins des pans entiers de la stratégie que nous étions en train de déployer sans même que j’en sois totalement conscient.

C’est peut-être la raison pour laquelle j’ai continué de les enseigner aussi bien dans le Master « Technologies numériques appliquées à l’histoire » de l’Ecole nationale des chartes que lors de formations pour Ina Expert, parfois, il faut bien l’avouer, en traînant un peu les pieds. J’ai fait évoluer ma présentation en replaçant ces technologies et leur intérêt dans le contexte plus large du Big Data, de l’Open Data et maintenant de l’intelligence artificielle. Finalement, je ne me suis jamais résolu à les abandonner totalement, partant du principe qu’une technologie ne disparaît pas, mais trouve sa juste place par rapport aux autres. De plus, je reste convaincu qu’elles restent la meilleure technologie pour assurer l'interopérabilité des données, mais jusqu’à quel point en a-t-on vraiment؜ besoin ?

Plusieurs fois, à la lecture d’un article ou d’un tweet qui vantaient les mérites de ces technologies et du Linked Open Data ou web de données, j’ai voulu écrire pourquoi il fallait rester prudent (voire plus…), encore récemment autour de la question de leurs usages au sein des musées. Je l’ai même dit en conférence, parfois, de manière abrupte, à la hauteur des désillusions que j’avais vécues. Aujourd’hui, sans avoir réussi à s’imposer largement, ces technologies ont indubitablement fait avancer notre réflexion sur la question de l’interopérabilité et force est de constater que certaines initiatives ont réussi à sortir du lot et à valider certains usages. Après avoir laissé passer le « ravin de la désillusion » et au moment où ces technologies semblent atteindre le plateau de la productivité du « Hype cycle », c’est le bon moment de dresser un bilan.


Hype Cycle du Gartner, Jérémy Kemp, CC-BY-SA

Alors, peut-être pour la dernière fois sur ce blog, je vous propose une plongée dans les entrailles des technologies du Web sémantique pour étudier quels en sont finalement les apports et les limites et l’écart entre les promesses et la réalité. Pour rendre les choses un peu plus digeste à lire et à appréhender, j’ai séparé ce bilan en quatre billets :

Lire la suite...

Management de l'information RDF Web sémantique Système d'information Sparql Moteur de recherche RDFa SHS Wikipedia Geekeries Linked Data

Les technologies du Web sémantique

J'ai écrit le texte de ce billet en guise d'introduction aux technologies du Web sémantique pour le projet de publication selon les règles du Web de données du thésaurus pour l'indexation des archives locales publié par les Archives de France que j'ai mené pour Atos Origin avec le Service Interministériel des Archives de France au printemps 2010 (et sur lequel il faudra que je trouve le temps de revenir sur ce blog pour vous en dire plus...). Claire Sibille, conservateur en chef au SIAF, m'a très gentiment donné l'autorisation de republier ces textes sur mon blog. Je l'en remercie.
Il s'agit d'une introduction générale en trois parties dont ce billet est la seconde :

Le Web sémantique désigne, en premier lieu, une activité du W3C, l'organisme de normalisation du Web, visant au développement de technologies de mise à disposition des données structurées en vue de leur traitement par les machines sur le Web. Par extension, l'expression désigne à présent l'idée et l'ensemble des dispositifs et briques technologiques qui le composent. Comme nous l'avons montré dans l'historique, le mot « sémantique » ne renvoie pas à la définition communément admise en linguistique, mais fait référence à la définition donnée par le domaine de la logique de description dont le but est de faire émerger du sens à travers la structuration des données et l'expression de la logique qui les relie.

Les différentes technologies du Web sémantique forment des couches dont la compréhension est essentielle pour appréhender au mieux ses possibilités. Mais, au préalable, il est nécessaire de dresser un tableau de l'architecture du Web sur laquelle reposent l'ensemble des fondations du Web sémantique.

Lire la suite...

RDF Sparql OWL RDFa Geekeries — 

Un automne de rencontres autour du Web sémantique

Il y a un temps pour tout : la découverte, la réflexion et l'expérimentation sur ce blog, le partage et la dissémination auprès de nouveaux publics au cours d'événements divers et le temps de l'accomplissement de projets mettant en œuvre ces différentes idées. Ainsi, le silence de ce blog trouve ses raisons dans d'autres activités non moins essentielles qui, à leur tour, vont alimenter de nouvelles réflexions. Mais, avant de vous en faire part et en guise de conclusion à cette riche période, je voulais partager avec vous les présentations qui ont ponctué mon automne.

Lire la suite...

Management de l'information RDF Web sémantique Sparql Causeries Digital humanities Moteur de recherche RDFa Wikipedia Linked Data —  2 commentaires

Open Graph Protocol : Facebook se met au Web sémantique ?

Retour le 21 avril au soir : Facebook organise l'événement F8 au cours duquel il va annoncer les évolutions de sa plate-forme à destination des développeurs. A titre personnel, je n'ai pas vu l'annonce dont je n'ai a priori rien à attendre. Un premier twitt de Nicolas attire mon œil :

« Mark Zuckerberg - 3 fois le mot semantic par phrase.. des graphs dans tous les sens avec des connections avec d'autres sites. hmm.. »

Attiré, certes, mais sans grand espoir, je continue à vaquer à mes occupations numériques. Quelques minutes plus tard, première annonce concrète, Facebook met à disposition une « Graph API ». Alors que Régis a l'air enthousiaste, je partage la déception de Nicolas :

« Facebook propose une "Graph API" mais le format = JSON, les bras m'en tombent... http://graph.facebook.com/ via @rgaidot et @cyno »

Ce dernier essaye de me faire voir le bon côté des choses. Il a raison car les annonces ne sont pas terminées et quelques minutes plus tard, Manu Sporny relance nos espoirs en attirant l'attention sur un header de page HTML avec un encodage RDFa montré lors de la conférence :

« I think Facebook just announced RDFa support (the Open Graph Protocol) at F8: http://ow.ly/1Bm2g #rdfa #html5 #f8 (look at the attributes) »

Les soupçons sont rapidement confirmés, Facebook annonce Open Graph Protocol, un vocabulaire RDF très simple pour encoder en RDFa le titre de la page, le type de ressource décrite (vidéo, sport, entreprise, hôtel...), le titre du conteneur de la page et l'URL d'une image (et quelques autres choses..). Dans la foulée, Facebook annonce le support de ce protocole par plusieurs sites importants : IMDB, Microsoft, NHL, Posterous, Rotten Tomatoes...

Lire la suite...

Web Causeries Indexation RDFa Linked Data — 

RDFa 1.1 pour corriger les erreurs de jeunesse ?

RDFa est devenu, depuis plus d'un an, un des enjeux des batailles qui se nouent autour de HTML 5. Au cœur de la polémique, c'est ni plus ni moins que l'intégration de RDFa dans HTML 5 qui est en jeu, face au Microdata, principe concurrent proposé par Ian Hickson, un des éditeurs de HTML 5. Je ne vais pas revenir sur les débats qui agitent les spécialistes de la question, d'autant que si certains arguments sont recevables, il en est d'autres qui relèvent plus du combat d'ego. Face aux polémiques qui n'en finissaient plus d'enfler, aux retours des implémenteurs et à l'enjeu que revêtait RDFa suite aux différentes annonces effectués par Yahoo (SearchMonkey) et Google (Rich Snippets) pour ne citer qu'eux, le W3C a décidé de relancer le groupe de travail RDFa au mois de janvier 2010.

Lire la suite...

Structuration RDFa XHTML Geekeries —  1 commentaire

Knowledge box reloaded

Il y a un peu plus d'un an, dans le but de montrer les possibilités des technologies du Web sémantique, en particulier RDFa, j'avais mis au point une petite application, la knowledge box, qui donnait la définition récupérée depuis Dbpedia de termes encodées en RDFa avec la propriété owl:sameAs et une URI de Dbpedia. Cette première version relevant de la bidouille, il était difficile de récupérer le code pour l'intégrer dans un autre site sous Drupal ou d'autres CMS.

La mise à disposition par Arto Bendiken d'une première version (Alpha ! attention donc en production) des modules RDF API et SPARQL pour Drupal 6 m'a permis d'améliorer le code de la knowledge box et d'en faire un vrai module drupal. Pour les (heureux !) utilisateurs de Drupal 6, il vous suffit donc de récupérer l'archive et de décompresser les fichiers dans le répertoire Modules.

Lire la suite...

Sparql RDFa Geekeries —  4 commentaires

Yahoo apporte des bananes au Web sémantique, 1ère partie

Annoncé, il y un peu plus de 2 mois, « l’écosystème de développement pour la recherche » de Yahoo est maintenant disponible sous le nom de SearchMonkey. Si, avec cette initiative, le but de Yahoo était de reprendre la main sur Google dans le domaine strict de la recherche, il me semble qu’une partie du chemin a été effectuée. Plutôt, que d’attaquer frontalement Google en mettant en œuvre de nouveaux algorithmes de recherche, par exemple, Yahoo a choisi un angle différent jusqu’alors complètement inexploité et, pourtant, oh ! combien important, à savoir la présentation des résultats.

Et, dans ce cadre, aiguillé certainement par le succès de facebook et de sa plate-forme de développement ouvert, le moteur de recherche a mis à disposition des développeurs une plate-forme pour mettre au point des applications qui agrémentent, selon la volonté des utilisateurs, les résultats de la recherche. Pour ce faire, il rend disponible les données de son index, soit les données structurées avec des microformats, RDFa et eRDF (embeded RDF, un système à peu près équivalent à RDFa) et déjà indexées, par défaut, par Yahoo, soit directement l’ensemble des données de la page Web à partir desquelles le développeur peut créer une extraction personnelle.

La plate-forme SearchMonkey comprend donc trois parties (et donc trois billets pour le présenter…) :

  • Une à destination des utilisateurs ;
  • Une à destination des développeurs ;
  • Une à destination des propriétaires de sites.

Lire la suite...

Causeries Indexation Moteur de recherche RDFa —  9 commentaires

RDFaiser votre blog, 3ème partie : l’exploitation

Si HTML permet de structurer une page Web dans une visée documentaire, RDFa permet d’en structurer, de manière indépendante, les données. Au final, RDFa ajoute donc une troisième couche aux deux existantes :

  • HTML pour structurer la page Web ;
  • CSS pour structurer la mise en forme de la page Web ;
  • RDFa pour structurer les données de la page Web.

Il est difficile de prévoir aujourd’hui tous les usages possibles de RDFa ; ils restent encore largement à inventer. En effet, et c’est le propre et l’intérêt des technologies du Web sémantique, la modélisation des données en RDF est indépendante des usages qui en sont faits. Malgré tout, il est d’ors et déjà possible d’identifier quelques usages.

Lire la suite...

Causeries RDFa —  7 commentaires