Les petites cases

Management de l'information

Quel événement !? Ou comment contextualiser le triplet

L'absence de contextualisation est le principal reproche adressé à RDF par ses adversaires et il est vrai qu'au premier abord cela constitue son principal défaut. En effet, le modèle du triplet à la base de RDF ne permet pas a priori d'exprimer des informations sur le contexte d'application de l'assertion, au contraire d'autres mécanismes de modélisation des connaissances qui offrent nativement des systèmes pour préciser la portée d'une assertion, à l'image, par exemple, des Topic Maps avec l'élément "scope". Ce défaut semble renforcé par deux postulats de base de RDF : chaque assertion exprimée est vraie et chaque triplet est indépendant.

Lire la suite...

Structuration RDF Sparql OWL Geekeries —  8 commentaires

Une nouvelle aventure sous le signe du Web sémantique

Comme je l'ai annoncé sur Twitter, j'ai quitté Atos Origin fin juin. Après deux années marquées par la réalisation de beaux projets au sein de cette société et trois ans en SSII qui m'ont permis d'apprendre un métier et les processus qui lui sont attachés, le moment m'a paru opportun pour changer de perspectives et éviter la prochaine réorganisation... Il est donc temps de lever le voile vers ma nouvelle destination : je rejoins la société Antidot, éditeur du moteur de recherche AFS depuis 10 ans. Vous allez me dire « Un moteur ! Quelle drôle d'idée ? ».

Pas tant que cela, en fait, quand on connaît le positionnement de ce moteur et son évolution depuis quelques années, cette nouvelle collaboration est même une suite logique. Nos routes se sont croisées à plusieurs reprises, nous partageons une vision commune du traitement, de l'accès et de la recherche d'information dans laquelle se conjuguent respect des standards, Web et souci constant de la qualité des données. Mais, c'est évidemment autour de l'utilisation des technologies du Web sémantique que nos routes se sont rejointes, Antidot a fait ce pari depuis plusieurs années, à commencer par SKOS qu'ils ont été les premiers à implémenter en tant que format pour l'utilisation des référentiels au sein du moteur jusqu'à devenir aujourd'hui un des enjeux principaux de la société et se concrétiser par la réalisation de plusieurs projets.

C'est donc en tant que consultant spécialisé dans les technologies du Web sémantique que j'intègre la société. A cette occasion, nous ouvrirons une agence à Paris, la société étant jusqu'à maintenant installée à Lyon, Lambesc et la cellule R&D en région parisienne. C'est une décision importante dans l'optique du développement de la société. Mon rôle sera d'aider à poursuivre l'intégration des technologies du Web sémantique au sein d'AFS et d'accompagner les clients d'Antidot dans leurs utilisations et leurs déploiements, mais cela ne s'arrêtera pas là. En effet, Antidot souhaite participer au développement du Web de données et des technologies du Web sémantique en France et, à ce titre, j'étendrai mon activité d'évangélisation menée sur ce blog à mon environnement professionnel avec plus de temps et plus de perspectives. Dans le même ordre d'idée, il me sera possible de mener des missions de conseil et d'assistance qui ne font pas intervenir le produit. Joli programme en vue !

Cette nouvelle aventure n'aura pas été possible sans Christian Fauré (oui, je sais, c'est toujours lui que je remercie mais que voulez-vous, comme il le dit lui-même, certains managers laissent plus de traces que d'autres) qui m'a fait découvrir et rencontrer Antidot. Je ne sais pas si j'ai compris pourquoi il disait que je pouvais apporter quelque chose aux éditeurs de moteur de recherche, mais j'ai une occasion en or de trouver les réponses. Il me faut aussi remercier Fabrice Lacroix, PDG d'Antidot, pour la confiance dont il m'honore et le défi qu'il me propose et, bien-sûr, Manue pour sa patience au cours de ces derniers mois qui n'ont pas été simples.

Dernière chose : la ligne éditoriale de ce blog ne bougera pas d'un iota : veille et réflexion. Je n'ai jamais parlé d'une société plus qu'une autre, de même pour un produit et ça ne va pas commencer aujourd'hui. Antidot possède déjà un blog et j'aurai certainement l'occasion d'y mettre mon grain de sel, tout en continuant à faire vivre cet espace personnel.

Lire la suite...

Management de l'information Web sémantique Causeries Moteur de recherche Perso —  9 commentaires

Une communauté des digital humanities est née

Cette semaine avait lieu le ThatCamp à Paris. Derrière ce nom un peu mystérieux (en réalité, acronyme de « The Humanities and Technology Camp) se cache une non-conférence sur le modèle du barcamp dédiée aux Digital Humanities, « transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales » (définition issue du Manifeste, cf. plus loin) et auxquelles j'ai fait allusion à plusieurs reprises sur ce blog.

Elle constituait une occasion de revoir plein d'amis, anciens collègues, anciens camarades de jeux et connaissances numériques/virtuels dans un cadre de discussions ouvert sur des sujets variés. Et, je ne fus pas déçu, car ce rassemblement a marqué le véritable acte de « naissance » d'une communauté des digital humanities en France. Naissance actée par un Manifeste rédigé tout au long des deux jours d'ateliers et discuté par tous lors de la session finale. Ce manifeste assoit et légitime l'existence de cette communauté et affirme l'importance des digital humanities dans l'Enseignement supérieur et la Recherche, de manière plus large comme une opportunité professionnelle dans tous les secteurs (et j'en sais quelque chose) et son rôle dans l'apprentissage du savoir au XXIe siècle.

Vous êtes d'ailleurs cordialement invités à signer ce manifeste, si vous vous reconnaissez dans cette communauté et dans les objectifs qu'elle s'est fixés.

Lire la suite...

Système d'information Causeries Conservation Digital humanities — 

Open Graph Protocol : Facebook se met au Web sémantique ?

Retour le 21 avril au soir : Facebook organise l'événement F8 au cours duquel il va annoncer les évolutions de sa plate-forme à destination des développeurs. A titre personnel, je n'ai pas vu l'annonce dont je n'ai a priori rien à attendre. Un premier twitt de Nicolas attire mon œil :

« Mark Zuckerberg - 3 fois le mot semantic par phrase.. des graphs dans tous les sens avec des connections avec d'autres sites. hmm.. »

Attiré, certes, mais sans grand espoir, je continue à vaquer à mes occupations numériques. Quelques minutes plus tard, première annonce concrète, Facebook met à disposition une « Graph API ». Alors que Régis a l'air enthousiaste, je partage la déception de Nicolas :

« Facebook propose une "Graph API" mais le format = JSON, les bras m'en tombent... http://graph.facebook.com/ via @rgaidot et @cyno »

Ce dernier essaye de me faire voir le bon côté des choses. Il a raison car les annonces ne sont pas terminées et quelques minutes plus tard, Manu Sporny relance nos espoirs en attirant l'attention sur un header de page HTML avec un encodage RDFa montré lors de la conférence :

« I think Facebook just announced RDFa support (the Open Graph Protocol) at F8: http://ow.ly/1Bm2g #rdfa #html5 #f8 (look at the attributes) »

Les soupçons sont rapidement confirmés, Facebook annonce Open Graph Protocol, un vocabulaire RDF très simple pour encoder en RDFa le titre de la page, le type de ressource décrite (vidéo, sport, entreprise, hôtel...), le titre du conteneur de la page et l'URL d'une image (et quelques autres choses..). Dans la foulée, Facebook annonce le support de ce protocole par plusieurs sites importants : IMDB, Microsoft, NHL, Posterous, Rotten Tomatoes...

Lire la suite...

Web Causeries Indexation RDFa Linked Data — 

RDFa 1.1 pour corriger les erreurs de jeunesse ?

RDFa est devenu, depuis plus d'un an, un des enjeux des batailles qui se nouent autour de HTML 5. Au cœur de la polémique, c'est ni plus ni moins que l'intégration de RDFa dans HTML 5 qui est en jeu, face au Microdata, principe concurrent proposé par Ian Hickson, un des éditeurs de HTML 5. Je ne vais pas revenir sur les débats qui agitent les spécialistes de la question, d'autant que si certains arguments sont recevables, il en est d'autres qui relèvent plus du combat d'ego. Face aux polémiques qui n'en finissaient plus d'enfler, aux retours des implémenteurs et à l'enjeu que revêtait RDFa suite aux différentes annonces effectués par Yahoo (SearchMonkey) et Google (Rich Snippets) pour ne citer qu'eux, le W3C a décidé de relancer le groupe de travail RDFa au mois de janvier 2010.

Lire la suite...

Structuration RDFa XHTML Geekeries —  1 commentaire

Vous avez dit « format pérenne » ?

Avant de poursuivre, j'aimerais revenir sur la question du format, en particulier tordre le cou à l'idée de « format pérenne ». Cela ne veut strictement rien dire. Aucun format n'est pérenne, car il est impossible d'imaginer toutes les évolutions possibles. Il est vrai, en revanche, que certains formats de par leurs caractéristiques sont plus simples à gérer sur le long terme que d'autres.

Lire la suite...

Management de l'information Râleries —  2 commentaires

Quelques considérations sur la notion de collection

Dans mon précédent billet, discutant l'expression « digital preservation », j'ai essayé de poser les bases de la gestion de l'information numérique pour en garantir la communication sur le long terme. J'ai ainsi cherché à démontrer que les tâches à effectuer pour l'information numérique ne différaient finalement pas de celles effectuées pour l'information sur le support traditionnel.

Dans ce billet, je voudrais faire quelques remarques sur la notion de collection (Amis, archivistes, j'espère que vous ne m'en voudrez pas d'avoir choisi cette terminologie, vous connaissez mon atavisme pour les bibliothèques ;-) ).

Lire la suite...

Management de l'information Système d'information Causeries —  2 commentaires

L'expression « digital preservation » est-elle pertinente ?

Deux ans que je travaille sur un projet pour mettre en place un « système de préservation » et, finalement, j'en viens à me poser cette question toute simple : l'expression « digital preservation » (traduite par le néologisme « préservation numérique ») est-elle pertinente ?
Rien n'est moins sûr quand je dresse le bilan du travail accompli, je dirais même que cette expression est l'arbre qui cache la forêt. Au final, j'ai l'impression qu'elle a fait croire que le problème se résoudrait par des moyens ou des compétences techniques, alors qu'il n'en est rien, les actions des futurs conservateurs/gestionnaires de collection numérique seront bien les mêmes que leurs collègues qui s'occupent des collections traditionnelles, ce sont les outils et les connaissances qui diffèrent et non les compétences.

Lire la suite...

Management de l'information Système d'information Causeries —  8 commentaires

Photos, livres, musiques, what else ?

N'en déplaise à certains. Le manque de courage et les problèmes de structuration de ma pensée ne sont pas les seuls responsables de la diminution drastique des publications de ce blog. J'ai aussi mis à profit ces derniers mois pour développer plusieurs prototypes visant à démontrer les possibilités offertes par les technologies du Web sémantique et les données mises à disposition selon les principes du Linked Data. Je vous avais déjà présenté « la boîte à souvenirs », Manue s'était chargée, comme il se doit, du « Linked Book Mashup », permettez-moi de vous dévoiler aujourd'hui « Linked My Music ».

Lire la suite...

Structuration Sparql Wikipedia Geekeries Linked Data —  3 commentaires

La pérennisation de l'information numérique, mature ! Vraiment ?

Alors que l'avion nous ramenant en France survole les Etats-Unis et l'Océan atlantique, il est temps de prendre du recul pour tirer les leçons de notre séjour californien à l'occasion de la grande messe annuelle de la pérennisation de l'information numérique, IPRES, qui avait lieu cette année à San Fransisco. La conférence s'intitulait « Moving into the mainstream. Enabling our digital future » et était donc principalement axée sur des problématiques liées à l'organisation, l'économie et les moyens de garantir l'activité même de la pérennisation de l'information numérique. Cet intitulé impliquait l'idée que nous entrions dans une ère de maturité et de production après quelques années de recherche et de développement sur le sujet.

A l'issue de la conférence et des discussions avec les uns et les autres (le plus intéressant dans une conférence !), j'ai un sentiment mitigé. Bien sûr, le chemin parcouru est déjà très important au regard des enjeux et du défaitisme qui avait cours, il y a quelques années. Pourtant, deux tendances me semblent avoir fait leur apparition et viennent limiter ce sentiment de maturité :

  • le champ des possibles dans le domaine reste terriblement vaste, à la fois en termes de types de ressources numériques à couvrir et de moyens à tous les niveaux pour assurer une pérennisation efficiente 
  • une fracture est en train de se créer entre différentes conceptions de ce que peut/doit constituer l'activité de pérennisation de l'information numérique.

Lire la suite...

Système d'information Causeries Conservation —  3 commentaires